En Bref...

  • : Les recettes de Juliette
  • Les recettes de Juliette
  • : Cuisine végétar/lienne, bio et gourmande - Partage de mes découvertes santé et bien-être - Photographie culinaire
  • Contact

Mots-Clés

Pinterest

Follow Me on Pinterest

Instagram

Instagram

8 mai 2019 3 08 /05 /mai /2019 08:06

 

Bonjour, chers amis,

 

Il y a quelques semaines, je vous avais promis de vous livrer ma recette de savons maison (dans mon article décrivant ma transition vers le zéro déchet). Mon expérience de la chose est encore toute récente. Je n'ai pour l'heure réalisé que deux "fournées" : l'une avec mes voisines qui m'ont initiée, l'autre chez moi, en bonne compagnie également (merci, d'ailleurs, à cette personne qui se reconnaîtra !). Je sais désormais que je n'achèterai plus de gel douche ni de savon dans le commerce.

 

Pourquoi ?

 

Parce que mes savons sont d'une douceur incomparable, qu'ils ne dessèchent pas la peau, qu'ils sentent bon, qu'ils moussent drôlement et, bien entendu, que leurs composants sont 100% sains et naturels ! 

 

◆ ◆ ◆

 

Quelle différence entre la saponification à chaud et à froid ?

 

La saponification dite "à chaud" est principalement utilisée dans l'industrie du savon. La pâte à savon est alors chauffée à environ 120° C. afin d'accélérer la réaction chimique. De nombreux additifs synthétiques comme l'EDTA ou le propylène glycol y sont ajoutés, provoquant ainsi sécheresse, démangeaisons etc... 

 

La saponification "à froid", en revanche, consiste à ne pas chauffer la pâte à savon. On mélange des matières grasses et de la soude pendant environ 20 minutes, sans les chauffer, les propriétés des huiles végétales demeurant ainsi intactes. On peut alors y ajouter des huiles essentielles ou des pigments minéraux. 

 

Les savons saponifiés à froid sont souvent "surgras", c'est-à-dire qu'ils contiennent une quantité importante d'huile végétale. Cet excès de gras permet à votre peau de bénéficier des qualités nourissantes, hydratantes (grâce à la glycérine qui y est naturellement présente) et antioxydantes (grâce à la présence naturelle de vitamine E) des huiles. 

 

Choisir la saponification à froid, c'est donc choisir un mode de fabrication respectueux de votre peau mais aussi de l'environnement

 

La fabrication de savons maison peut sembler quelque peu compliquée lorsqu'on débute. Votre première fois ne sera sans doute pas la plus facile, mais c'est un coup de main à prendre, des réflexes à adopter et des instructions à suivre à la lettre !

Prévoyez 2-3h pour la réalisation de 2 fournées, ce qui équivaudra à environ 40 savons (de quoi tenir plusieurs mois !). 

 

 

◆ ◆ ◆

 

- Matériel nécessaire -

 

(Il s'agit là d'un investissement qui sera vite amorti dès lors que vous aurez réalisé vos savons plusieurs fois.)

 

- Des moules en silicone de la forme de votre choix (ils seront alors dédiés à la fabrication de savons, vous ne pourrez pas les utiliser en cuisine) ou un moule spécial fabrication de savons ;

- Des lunettes de protection (que l'on trouve en magasin de bricolage) ;

- Une paire de gants en caoutchouc ;

- 1 masque de protection ;

- 1 grand saladier en verre ou en inox pour préparer la pâte à savon ;

- 1 récipient avec bec verseur/1 carafe en verre pour faire le mélange soude-huiles ;

- 1 petit bol en verre pour peser la soude ;

- 1 balance précise ;

- 2 maryses/spatules en silicone ;

- 2 thermomètres de cuisine électroniques ;

- 1 mixeur plongeant avec pied amovible ;

- Du film alimentaire ;

- Quelques torchons ;

- Du papier journal ;

- 1 grand plateau ;

- 2/3 plaids ou couvertures ;

- Facultatif : 1 tampon "fait maison" ou autre

 

◆ ◆ ◆

 

Comment procède-t-on ? 

 

La saponification à froid consiste à mélanger de la soude et des huiles. On y ajoute ensuite des huiles essentielles (ou pas, si on y est allergique) ou une fragrance au choix, éventuellement un pigment, avant de couler le mélange dans des moules et de le laisser reposer 24/48h (c'est ce qu'on appelle la "phase de gel"). Passé ce délai, les savons peuvent être démoulés, tamponnés et mis à sécher pendant 4 semaines (c'est la "cure"). C'est à ce moment-là que la saponification se fait entièrement.

 

Choisissez bien vos matières premières : elles doivent être de qualité, naturelles et biologiques (pour que vos savons soient exempts de pesticides et de perturbateurs endocriniens).

 

 

 

- La recette "facile" : savon doux à l'huile d'olive -

Cette recette est extraite du livre "Faire ses savons naturels, c'est facile", de Cyrille Saura Zellweger, aux éditions Jouvence (que je vous recommande, il fourmille de conseils et de recettes de savons !).

 

 

Ingrédients, pour 1 vingtaine de savons :

- 900 g d'huile d'olive

- 500 g d'huile de coco

- 200 g d'huile de tournesol

- 216 g de soude

- 604 g d'eau déminéralisée (au rayon droguerie des supermarchés)

- 20 à 30 ml d'huile essentielle pure de votre choix (nous avons opté pour de l'HE de  menthe poivrée pour la 1ère fournée, d'ylang-ylang pour la seconde)

- 1 pigment (argile verte, colorant naturel, poudre de curcuma, jus de betterave...)

Info : j'ai acheté ma soude en magasin de bricolage. Attention, à ne pas confondre avec le bicarbonate de soude ! Il s'agit de soude caustique (j'ai acheté celle de la marque Spado).

 

1. Commencez par préparer votre zone de travail : protégez la table sur laquelle vous allez travailler avec du papier journal ; préparez tous vos ustensiles et les ingrédients nécessaires ; graissez vos moules en silicone.

2. Pesez l'huile de coco dans un grand saladier et placez-la au bain-marie pour la faire fondre. 

3. Mettez vos lunettes, votre masque et vos gants de protection et ouvrez la fenêtre. Pesez la soude dans un verre. 

4. Pesez l'eau dans la carafe en verre. Préparez une bassine ou un saladier d'eau froide pouvant contenir cette carafe. Versez précautionneusement la soude dans l'eau tout en mélangeant avec une spatule. La température monte vite et de la vapeur se dégage. Ne respirez pas ces vapeurs (vous pouvez aussi faire le mélange dehors, si vous avez un jardin ou un balcon). Lorsque toute la soude est dissoute, placez la carafe dans son bain d'eau froide. Ajoutez un thermomètre et placez l'ensemble dans un lieu qui soit sous surveillance, si possible à l'extérieur ou sous une hotte avec évaluation extérieure. 

Aérez la pièce de travail. La température va descendre en quelques minutes en dessous de 60° C où il n'y a plus de risque de vapeur. Changez l'eau froide autant que nécessaire pour descendre la température à 29° C. 

5. Pendant que la soude refroidit, surveillez la fonte de l'huile de coco. Lorsque l'ensemble est liquéfié, ajoutez l'huile d'olive et l'huile de tournesol et placez votre 2ème thermomètre dans le mélange. Les huiles doivent aussi atteindre 29° C. Si elles sont trop froides, replacez le saladier dans son bain d'eau chaude.

6. Lorsque les 2 mélanges sont à égale température, sortez-les de leurs bains et, toujours avec le masque et les gants, versez lentement la solution de soude dans les huiles en mélangeant vigoureusement avec une spatule.

7. Lorsque toute la soude est incorporée, mélangez avec le mixeur dans une main et la spatule dans l'autre. Arrêtez régulièrement le mixeur pour ne pas faire chauffer le moteur et profitez de ces pauses pour racler les bords avec la spatule et bien homogénéiser le tout. Continuez jusqu'à l'apparition de ce qu'on appelle "la trace" (c'est le moment où une goutte de liquide tombant sur la surface de la pâte laisse une légère trace à la surface avant d'être absorbée. Il n'y a aucun risque à mélanger au-delà de la trace. En revanche, la prise du savon est largement compromise si l'on arrête de mélanger trop tôt. Si vous n'êtes pas sûr.e d'avoir atteint la trace, mieux vaut donc continuer à mélanger encore, jusqu'à ce que la trace soit bien nette dans un mélange homogène).

8. Une fois la trace obtenue, incorporez l'huile essentielle et éventuellement le pigment en mélangeant vigoureusement. Versez la pâte dans les moules choisis (posez vos moules sur des plaques s'ils ne sont pas stables). 

9. Recouvrez la surface du savon avec un film cellophane. Le film doit toucher la pâte. Placez immédiatement une planchette de bois sur les moules puis recouvrez-les d'une couverture pliée (pour les maintenir au chaud). Laissez le tout reposer 24-48h.

10. Toujours avec des lunettes et des gants, nettoyez les ustensiles avec du papier journal pour éviter que l'excès de pâte ne durcisse dans les tuyauteries, puis lavez-les avec du vinaigre et du produit vaisselle. Enlevez vos lunettes et vos gants. 

11. Le lendemain ou le surlendemain, protégez vos mains avec des gants et votre table avec du papier puis démoulez vos savons. Tamponnez vos savons puis alignez-les sur une étagère ou un plateau protégés avec du papier non imprimé. Choisissez un lieu aéré et tempéré pour que le savon sèche correctement. Évitez les températures extrêmes et l'humidité. Laissez suffisamment d'espace entre les savons pour que l'air circule. 

12. Après 4 semaines de cure, grattez les éventuelles zones blanchâtres qui ont pu apparaître à la surface du savon. Ensuite seulement, vérifiez le pH de votre savon en posant votre langue sur un bout de savon. S'il n'y a pas de pincement, c'est qu'il est prêt ! Sinon, attendez 1 semaine ou 2 de plus et testez à nouveau le pH. 

Lorsque vos savons sont prêts, vous pouvez les emballer dans du papier ou les stocker dans une boîte à chaussures, dans un endroit sec et frais.

 

 

◆ ◆ ◆

 

Je mettrai à jour cet article au fur et à mesure que je testerai de nouvelles recettes de savons. N'hésitez pas à partager les vôtres en commentaire !

 

J'espère que cette première recette vous plaira ! 

À très vite,

Juliette

Partager cet article

Repost0
24 mars 2019 7 24 /03 /mars /2019 10:04

 

Bonjour, les ami.e.s !

 

Pas de recette aujourd'hui encore, mais le partage d'une révélation pour moi et ma famille : le batch cooking !

Projecteur sur cette tendance qui, pour moi, n'est pas vouée à s'éteindre mais à s'étendre !

 

Le batch cooking, c'est quoi ?
 

Parfois appelé "meal prep", le batch cooking n'est autre que la préparation en amont de vos repas de la semaine (Batch signifie "fournée" ou "lot ; Cooking "cuisiner" = cuisiner "par lots" ou "en gros").

Ainsi, vous passez environ 2 heures en cuisine le dimanche (ou un autre jour si cela vous convient mieux, bien sûr !) pour vous soulager les autres jours de la semaine !

 

Nous avons adopté ce mode de fonctionnement à la maison depuis peu. Avant cela, c'était toujours le même rituel : Ouvrir la porte du frigo et se demander "On mange quoi ce soir ?".... Si le batch cooking demande un tant soit peu d'organisation, il n'est finalement qu'une question d'habitude et facilite drôlement la vie. 

 

Cuisiner pour une semaine, c'est adopter des réflexes, connaître les quantités dont vous et votre famille aurez besoin, cuisiner des légumes mais aussi des céréales et des légumineuses.

 

Les plats ne sont pas tous à proprement parler "prêts". Il vous faudra parfois piocher dans les différents aliments que vous aurez préparés afin de "fabriquer" votre plat. Mais le tout n'aura qu'à être réchauffé ou non avant d'être dégusté. 

 

Je vous conseille en revanche de ne pas préparer vos crudités à l'avance. En effet, cela leur ferait perdre leur nutriments et ce n'est pas ce que nous voulons !

Aussi, si vous souhaitez manger des carottes râpées, mieux vaut les préparer le jour même. Mais avouons que les crudités ne sont pas ce qu'il y a de plus difficile à faire, non ? 

 

Pourquoi succomber au batch cooking
 

J'y vois trois raisons principales :

 

1/ Le batch cooking est le moyen d'apaiser vos soirées et de gagner du temps. Imaginez : vous rentrez du travail et vous savez que le repas est déjà prêt ! Il n'y a qu'à ouvrir le frigo et piocher dans ce que vous avez préparé. C'est pas Byzance, ça ?

 

2/ Vous mangez maison tous les jours et n'avez plus recours aux plats préparés du commerce dont les compositions sont parfois douteuses (trop de sucre, trop de gras, des conservateurs étranges, etc.). 

 

3/ C'est aussi le moyen de faire des économies car toutes les quantités sont calculées au plus juste et vous ne faites les courses qu'une fois par semaine. Les tentations sont donc évitées puisque tout est prévu ! 

 

Quels contenants choisir ?
 

Il est fort probable que vous réchauffiez vos préparations. Fuyez donc le plastique qui, au contact de la chaleur, va fondre et dont les molécules vont se retrouver dans les aliments que vous ingèrerez... Et même si vous ne réchauffez pas vos ingrédients, il y a fort à parier que vous les y aurez versés encore chauds, entraînant le même problème. Y'a mieux quand même, non ? 

 

J'ai personnellement remisé mes boîtes en plastique et investi dans des plats en verre avec couvercle. J'en suis très contente. Ils passent au four, au micro-ondes (pour ceux qui l'utilisent) et au lave-vaisselle. 

Le verre étant l'un des matériaux les plus sain, vous pouvez préparer vos ingrédients sans crainte.

 

Quid de la conservation ?

 

Mangez les premiers jours les aliments susceptibles de se gâter le plus vite. Les céréales et légumineuses se conservent mieux, par exemple, que les légumes en sauce. 

Vous pouvez aussi avoir recours à la mise sous vide. Il existe des appareils qui vous permettent de mettre sous vide vos préparations, ou des boîtes avec pompe manuelle, par exemple.

Si vous ne souhaitez pas investir dans de tels ustensiles, utilisez des boîtes en verre bien hermétiques ou placez vos préparations encore très chaudes dans des bocaux en verre (du style Le Parfait ou Mason Jars) que vous refermez de suite (il faut que le couvercle soit alors bien hermétique - Cela fonctionne pour la soupe, les plats en sauce, etc...). Vos préparations se conserveront ainsi plusieurs jours supplémentaires. 

La congélation est enfin envisageable (même pour les gâteaux, muffins ou autres). Il vous suffira alors de sortir votre plat le matin pour le manger le soir-même.

 

Quels plats & ingrédients préparer ?

 

La veille de votre passage en cuisine, faites vos courses en fonction des plats que vous souhaitez préparer. Faites en sorte qu'un plat vous serve pour 2 repas ou puisse être placé dans un bento afin de l'emmener avec vous au travail, par exemple. 


 

Imaginons que vous souhaitiez préparer 5 dîners :

 

1) Riz + légumes rôtis + pois chiches germés

2) Dahl de lentilles corail au lait de coco + riz

3) Salade de boulghour + betteraves + crudités + graines

4) Quiche aux légumes et tofu + salade verte

5) Gratin de légumes + omelette (végétale ou non)

 

Vous allez alors préparer, le dimanche :

 

- 1 casserole de riz basmati (en quantité suffisante pour 2 voire 3 repas, si vous souhaitez en apporter le midi) ;

- 1 dahl (pour 2 repas) ;

- 1 casserole de boulghour ;

- Des légumes de saison rôtis (épluchez ou lavez vos légumes, badigeonnez-les d'huile d'olive, salez et enfournez pour environ 20-30 minutes à 180° C. Laissez refroidir puis placez dans une boîte de conservation) ; 

- 1 quiche ;

- Des betteraves (cuites à la vapeur douce puis coupées en dés) ;

- 1 gratin de légumes de saison ;

- Des pois chiches germés (il suffit de placer des pois chiches crus dans de l'eau une nuit, puis de les égoutter et de les arroser 2 fois par jour par la suite. Ils seront prêts au bout de 3 jours).

- Je prépare aussi 1 gâteau et des biscuits pour le petit-déjeuner et le goûter des enfants.

 

Je vous assure que le tout est bouclé en 2 heures top chrono

--> Le riz : 3 minutes / Le dahl : 10 minutes / le boulgour : 3 minutes / les légumes rôtis : 10 minutes / la quiche : 15 minutes / les betteraves : 10 minutes / le gratin : 20 minutes / les pois chiches : 1 minute...

 

Cela n'est qu'un exemple des nombreuses possibilités qui s'offrent à vous. Je vous invite à piocher dans la liste des plats et ingrédients que j'ai répertoriés pour vous ci-dessous. N'hésitez pas à ajouter en commentaire de cet article des idées de plats ! 

 

 Des légumineuses :

- Des lentilles vertes ou noires ;

- 1 dahl au lait de coco ;

- Des pois chiches rôtis ;

- Des haricots rouges en sauce ;

- Des pois chiches germés ;

 

 Des céréales :

- Des pâtes à l'huile d'olive ;

- Du riz complet ou basmati nature ;

- Du boulgour (laissez tremper 20 minutes 2 poignées de boulgour dans un saladier d'eau bouillante et à couvert. Egouttez : c'est prêt !) ou de la semoule ;

- Du sarrasin ;

- Du quinoa poêlé

 

 Des légumes, en respectant les saisons : 

- Sous forme de soupe chaude ou froide ;

- Sous forme de purée ;

- Sous forme de poêlée ;

- Rôtis ;

- Je vous conseille de ne pas préparer à l'avance vos légumes vapeur ou vos crudités : vous perdriez alors les bénéfices nutritionnels des légumes choisis et ça, ce serait dommage ! Cela ne vous prendra que peu de temps de les préparer le jour même puisque tout le reste sera déjà prêt ! 

 

 

 Des dips et tartinades :

- Houmous ;

- Tzatziki ;

- Pâté de cajou...

 

 Des tartes, quiches et autres cakes :

- Quiche aux légumes ;

- Quiche "lorraine" ;

- Cake salé ;

- Clafoutis salés ;

- Samossas ;

- Crêpes de blé noir (qu'il ne restera plus qu'à garnir le temps voulu) ;

 

 Des plats "familiaux" :

- Dahl au lait de coco ;

- Curry de légumes ou de tofu ;

- Lasagnes végétariennes ;

- Chili sin carne ;

- Polenta gratinée ;

- Gratin de légumes (chou-fleur, pommes de terre, carottes...) ou tian.

 

 Du sucré, à conserver dans des boîtes hermétiques :

- Des cookies ou autres biscuits ;

- Un gros gâteau ou 1 cake ;

- Des crêpes ;

- Des yaourts et flans maison.

 

Alors, êtes-vous tentés par l'aventure du batch cooking ?

J'attends vos retours avec impatience ! 

Belle journée,

Juliette

 

 

Partager cet article

Repost0
27 janvier 2019 7 27 /01 /janvier /2019 09:33

 

Bonjour, les gourmand.e.s !

 

C'est un double billet que je publie aujourd'hui : une recette très très gourmande et mon avis sur mon tout nouveau robot cuiseur multifonction, le Cook Expert Magimix (avis que vous être nombreuses sur Instagram à m'avoir demandé).

 

Cela fait maintenant 2 mois que je le teste à la maison. J'ai décidé de vous donner mon avis en toute objectivité pour vous aiguiller si jamais vous envisagez l'achat d'un robot "qui fait tout". Plusieurs références sont disponibles sur le marché, si bien qu'il est parfois difficile de s'y retrouver dans la jungle des robots multifonctions et de faire un choix éclairé...

 

Première chose, et non des moindres, voici à quoi il ressemble :

 

 

 

- Utilisations -

 

L'hiver aidant, j'utilise le Cook Expert essentiellement pour les recettes suivantes :

 

 Numéro #1 : les soupes et veloutés ! Je trouve ce robot absolument fabuleux pour cette fonction : vous y placez vos ingrédients avec de l'eau (j'y mets généralement des légumes accompagnés de légumineuses), vous indiquez le temps de cuisson puis le robot s'occupe du reste (il chauffe, cuit, mixe le tout si vous le souhaitez et s'arrête lorsque c'est prêt ! Vous n'avez qu'à couper vos légumes puis libre à vous de vaquer à vos occupations pendant votre Cook Expert gère le repas...).

 

◆ Numéro #2: la cuisson vapeur ! Dans la cuve du robot se trouve un panier vapeur à deux étages. Je le trouve idéal pour cuire nos légumes (que nous mangeons en masse). Là encore, tout est fait pour faciliter la tâche de la ménagère (du "ménager" ?!). On verse de l'eau dans la cuve, on place ses légumes dans le panier vapeur et on déclenche le programme vapeur. C'est tout ! 

 

◆ Numéro #3: le robot, pour râper, ciseler, émincer (vous pouvez en voir une photo plus loin, prise suite à la réalisation des carottes râpées de la recette). Il dispose de 4 lames différentes en fonction de ce que vous voulez réaliser.

 

◆ Numéro #4 : le mijotage, pour réaliser toutes sortes de plats familiaux (du type ragoûts, plats en sauce, blanquettes, etc.).

 

◆ L'ensemble des fonctionnalités :

 

Le Cook expert dispose de 12 programmes automatiques tous très simples à utiliser :

  • CuissonMijotage ; Vapeur ; Soupe veloutée ; Soupe moulinée ; Rissolage.
  • Blender : Dessert glacé ; Glace pilée ; Smoothie.
  • Boulangerie : Pâte/Gâteaux ; Blanc en neige ; Pain/Brioche.
  • Expert : Ce mode vous permet de régler vous-même tous les paramètres (temps, vitesse, température). Je ne l'ai personnellement pas encore testé. Je ne me considère pas encore comme une "experte" du Cook Expert !
  • Robot : Pour émincer, hacher et râper à l'aide de 4 disques et couteaux professionnels. 

 

Le panneau d'affichage digital est très facile à comprendre. Il suffit de faire dérouler le menu en utilisant les flèches.

 

- Design, encombrement & lavage -

 

Le Cook expert requiert un peu de place sur votre plan de travail, car c'est là qu'il doit être installé (et non dans un placard, ce ne serait absolument pas pratique). Ajoutez à cela le robot servant à hacher et râper, la boite contenant les disques et couteaux du robot, le livre de cuisine fourni avec et les quelques autres accessoires (dont une balance), vous aurez alors besoin de suffisamment de place pour stocker le tout. À sa décharge, le Cook Expert est très polyvalent, si bien que vous ne pouvez avoir que lui dans votre cuisine pour limiter l'encombrement. 

 

Côté capacité, vous pouvez cuisiner pour 2 à 12 personnes. La cuve est grande. À titre d'exemple, quand je prépare de la soupe, j'en ai toujours pour 2 repas (sachant que nous sommes 4 à la maison).

 

Enfin, question look et design, je le trouve joli et sobre. Il se fond très bien dans ma cuisine ; sa couleur chromé/mat est passe-partout.

 

- Rapport qualité/prix -

 

Un tel robot multifonction n'est objectivement pas donné ; il s'agit d'un réel investissement qu'il convient de mûrement réfléchir. Si vous êtes à la recherche d'un robot robuste qui soit polyvalent et vous permette de réaliser tous types de plats, de l'entrée au dessert, avec le maximum de facilité, alors foncez, vous ne serez pas déçu.e. Le livre qui est fourni avec regorge qui plus est d'idées recettes, si bien que vous n'avez pas besoin d'être expert en cuisine pour vous en servir.

En revanche, si une seule fonctionnalité - voire deux - vous intéresse, je vous conseillerais alors d'acquérir un robot moins polyvalent et moins onéreux qui remplira la fonction recherchée.

 

- Bilan, après 2 mois d'utilisation -

 

Contrairement à d'autres robots que j'ai pu tester auparavant, je peux dire avec certitude que celui-ci restera dans ma cuisine. Pour de bon. C'est le genre de robot que l'on garde à vie et qu'on transmet à ses enfants. Comme dit plus haut, je n'ai pas encore testé toutes les fonctionnalités et modifierai mon article dès que ce sera fait (j'ai entre autres prévu de réaliser des pâtes à pain maison, des buns pour hamburgers et des sauces). 

 

(Pour en savoir davantage, une vidéo explicative réalisée par la marque est disponible ici.)

 

 

Place maintenant à la recette qui nous intéresse aujourd'hui : un carrot cake revisité en version végétale.

 

Ce gâteau est un traditionnel de la cuisine américaine. Il se compose, comme son nom l'indique, de carotte râpée, mais pas seulement. Ce qui lui donne sa saveur inégalable : la cannelle qu'on ajoute dans la pâte et le glaçage qu'on vient étaler après cuisson. 

 

Parlons-en, d'ailleurs, de ce glaçage : aucun ingrédient d'origine animale ici. Il est composé de noix de cajou nature, d'un peu de sucre glace et de citron. Il est à tomber, sincèrement !

 

◆ ◆ ◆ 

 

carrot cake

 

Ingrédients, pour environ 8 personnes :

 

Pour le gâteau :

- 250 g de carottes

- 100 g de sucre complet rapadura

- 60 g d'huile de coco liquide

- 15 cl de lait végétal

- 100 g de compote de pomme

- 1 belle pincée de vanille en poudre

- 230 g de farine

- 75 g de raisins secs

- 75 g de noix concassées (et quelques cerneaux entiers pour la décoration)

- 1 pincée de sel

- 1 cc rase de cannelle en poudre

- 10 g de poudre à lever (soit 1 sachet)

 

Pour le glaçage :

le jus et le zeste d'1 citron

3 cs bombée de sucre glace

100 g de noix de cajou non salées non grillées

3 cs d'eau

 

 

 

 

La recette de Juliette :

 

1. Faites tremper les noix de cajou du glaçage dans un saladier d’eau tiède pendant minimum 1 heure.

2. Préchauffez votre four à 180° C., th. 6.

3. Le gâteau : Râpez les carottes dans la cuve transparente avec le disque râpeur 4 mm.

 

Dans la cuve en métal, versez la farine, la poudre à lever, le sucre complet, l’huile de coco, la cannelle et les carottes râpées. Lancez la programme PÂTE/GÂTEAU pour 1 minute. Ajoutez les raisins et les noix dans la cuve et mélangez. Versez la préparation dans un moule à gâteau préalablement graissé (avec de l’huile de coco, par exemple). Enfournez pour 45-50 minutes environ. Vérifiez la cuisson en plantant la lame d’un couteau au cœur du gâteau : si elle en ressort propre, votre gâteau est cuit ! Laissez refroidir avant de démouler.

 

4. Le glaçage : Égouttez les noix de cajou. Dans la cuve transparente munie du couteau en métal, versez tous les ingrédients du glaçage. Lancez le programme ROBOT pour 10 secondes. Placez le glaçage au réfrigérateur pendant 10 minutes avant de l’étaler sur le gâteau refroidi. Décorez avec quelques cerneaux de noix et des zestes de citron.

 

* Le Cook Expert m'a été offert par Magimix

Partager cet article

Repost0
#menuob { width: 620px !important; }